Chez Clem...

11 juin 2016

Riz pilaf urucum & coco : la recette qui fait bronzer



Riiz 3    

 


Cacao cru, caroube, maca : vous le savez, je suis un peu accro aux super aliments. Il y en a un cependant dont je n'ai encore jamais parlé, car je ne l'utilise pas vraiment tel quel : l'urucum. Pourtant, il est tout à fait d'actualité puisque c'est un booster de bronzage et un très bon protecteur solaire, grâce à sa teneur extrêmement élevée en béta carotène (500 fois plus que la carotte), un antioxydant permettant à l'organisme de lutter contre le stress oxydatif généré notamment par les rayons du soleil, qui a également pour effet de stimuler la mélanine et donc d'activer le bronzage. Idéal pour les peaux très claires comme la mienne qui font facilement des allergies aux rayons du soleil. On le retrouve d'aileurs souvent dans les préparateurs solaires, sous forme de gélules ou de tablettes. 

 

      Graines


L'urucum, également appelé Roucou, est un arbuste d'Amérique du sud dont on extrait des petites graines rouges que l'on fait sécher au soleil pour en extraire la cire : les indiens s'en enduisent le corps pour se protéger du soleil. Ces petites graines ne sont pas comestibles telles quelles, mais on peut les faire infuser dans de l'huile (les corps gras améliorent l'assimilation du béta carotène) ou du sirop d'agave et les consommer ainsi chaque jour dans toutes sortes de préparations. J'ai toujours une bouteille d'huile d'olive infusée que j'utilise sur les céréales ou dans les salades de tomate : au bout de 3 semaines de macération, l'huile prend une très belle couleur rouille et colore ainsi tout ce qu'elle touche (attention aux vêtements). Si vous aimez la cosmeto maison, vous pourrez même en faire une huile bonne mine, à utiliser pure ou mélangée avec un peu d'aloe vera par exemple. Une fois toute l'huile consommée, on peut en reverser sur les graines (je fais bien 3 fournées avant de renouveller les graines), ou mixer celles-ci pour en faire une pâte hyper concentrée (1/2 cuil. à c. pour colorer tout un plat). Coté saveur je trouve l'urucum relativement neutre, surtout dans une huile bien parfumée - vous pourrez donc le marier à tout ce qui vous chante. On trouve les graines d'urucum en magasins bio ou sur le net, par exemple ici ou là. 

 

Coupelle + bouteille    


Ma recette bonne mine préférée est un riz pilaf cuit dans de l'huile de coco, puis arrosé d'huile à l'urucum et de noix de cajou, coriandre etc. A mouler dans des cercles à pâtisserie pour le coup de bluff et à arroser d'urucum au dernier moment. Avouez que ça n'est pas très compliqué et quand même plus agréable que de gober des gélules !  

 

 

Riz pilaf urucum & coco

Pour 2 personnes

50 g de riz basmati semi-complet
1 noisette d’huile de coco
1 cuil. à s d’infusion d’urucum
Sel

Toppings au choix : coriandre, cajou, amandes, fèves de cacao cru...
 

Faire fondre l’huile de coco dans une petite casserole. Y jeter le riz en pluie, bien mélanger et laisser griller légèrement pendant 3 minutes, en mélangeant de temps en temps. Ajouter de l’eau jusqu’à 2 doigts au dessus du riz, couvrir et laisser cuire à tout petits frémissements jusqu’à ce que toute l’eau soit absorbée (15 minutes environ). Oter du feu et laisser reposer 5 minutes à couvert. Répartir dans les assiettes, arroser d’huile à l’urucum et garnir de toppings au choix. 

 

 

 Riz 1

 

 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 16:22 - Commentaires [5] - Permalien [#]


20 mai 2016

Chaï-bulle : petites brioches roulées aux épices chaï


Il y a peu de temps, je vous parlais muffins et comfort food. Le soleil étant toujours en vacances, je m'enfonce peu à peu dans l'hiver avec une spécialité suédoise : le kanelbulle, ou petite brioche à la cannelle. Normalement c'est une recette qu'on est ravi de retrouver en novembre avec l'arrivée des premiers frimas, mais hier j'en ai eu subitement très envie, en regardant tomber la pluie et en rallumant le chauffage. En mai, je fais ce qui me plait...

    

Roulés crus2  



Le principe est simple : on réalise une pâte briochée, on l'étale, on recouvre d'une couche de beurre fondu à la cannelle et on roule avant de faire cuire. On obtient ainsi un joli contraste entre la surface, bien croquante, et le coeur fondant aux épices. Evidement, j'ai encore changé les règles du jeu et comme je ne suis pas absolument dingue de la cannelle, je l'ai coupée avec d'autres épices pour en faire un mélange évoquant plutôt le thé chaï, dans un mariage original entre Stockholm et Bombay : le chaïbulle. Il m'a fallu une vingtaine de minutes (hors temps de pause total d'1h30) pour réaliser une dizaine de roulés, ça n'est donc pas si compliqué que ça en a l'air. Profitez d'une après-midi à la maison, dimanche prochain par exemple vu que la météo ne devrait pas vous donner très envie de sortir. 

Ces chaïbulle sont vegan : le beurre est remplacé par de la purée de noisette dans la pâte à brioche et par de la purée d'amande dans la crème aux épices. Pour le meilleur à mon avis. Mariage pluvieux...

 

Chaibulle2bis        

 

Chaï bulle

Pour une dizaine de roulés


50 g de purée de noisette
240 ml de lait d’amande (ou autre lait végétal)
1 sachet de levure de boulanger déshydratée
¼ de cuil. à c de sel
400 de farine de blé T65 ou T55
40 g de sucre intégral (+1 cuil. à c bombée)
25 ml d’huile d’olive
30 g de purée d’amande blanche
2 cuil. à c de cannelle en poudre
2 cuil. à c de gingembre en poudre
½ cuil. à c de cardamome en poudre
1 pincée de muscade
1 pincée d’anis vert ou de badiane
 

Dans une petite casserole, faire tiédir le lait d’amande. Ajouter la purée de noisette et bien mélanger jusqu’à l’obtention d’un liquide homogène. Verser dans un grand récipient et laisser tiédir si nécessaire (la préparation ne doit pas dépasser 37 °C). Verser la levure en pluie, mélanger et laisser reposer 10 minutes. Ajouter le sel, la cuillerée à soupe de sucre et la farine en quatre fois 100 grammes, en mélangeant bien entre chaque. Verser sur le plan de travail fariné et former une grosse boule. La mettre dans un récipient recouvert d’un torchon propre et laisser lever dans une pièce chaude (four préchauffé à 50 °C puis éteint ou radiateur, c’est de saison), pendant 1 heure environ : elle devrait avoir doublé de volume. L’étaler sur une surface farinée en un rectangle d’environ 50 X 30 cm.

Dans une petite casserole, faire chauffer l’huile d’olive avec les épices. Lorsque leur parfum commence à se dégager, ajouter la purée d’amande et bien mélanger, puis en badigeonner la pâte jusqu'à 1 cm des bords. Saupoudrer de sucre. Rouler dans la longueur et découper le rouleau obtenu en 10 tronçons. Les disposer en quinconce dans un plat huilé. Saupoudrer de cannelle. Laisser gonfler pendant 20 minutes, puis faire cuire 20-25 minutes à 180 °C. Laisser tiédir avant de déguster.

 

 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2016

Pépites crues aux épices & cacao pour dessert express


Je ne saute jamais le dessert. Jamais. D'ailleurs, quand je dîne toute seule je me fais un dessert quand même. Un bon, du genre fondant au chocolat ou tarte aux pommes. Ce n'est sûrement pas moi qu'on entendra dire "Oh tu sais j'étais toute seule alors j'ai avalé un reste de soupe et un yaourt". Quand il s'agit de manger (et de boire), je ne suis pas très branchée sacrifice, auto-flagélation et judéo-christianisme. 

Malheureusement, se nourrir sainement quand on est accro à la tatin et au tiramisu c'est un vrai challenge au quotidien. Surtout avec deux enfants dans les  jambes et une heure pour préparer un repas complet (et équilibré). Chacun ses petits arrangements, voici mon tryptique de dépannage gourmand personnel :

** Des fruits frais sous la main et 10 minutes de battement : la tartelette express et sa pâte sablée à la purée d'amande (ou de noisette, de sésame...). Fruits rouges, pomme et sirop d'érable ou abricots-lavande, c'est comme ça vous chante et c'est toujours facile et délicieux. On peut même la décliner version crue. Un peu plus long, la tartelette vegan au citron, qui demande un temps de pause mais vaut vraiment le coup.
** Un petit coup de mou et besoin d'un bon shoot de comfort food : le fudge glacé, qui patiente sagement au congélo que vous ayez besoin de lui. Fondant, chewy, hyper régressif et honteusement sucré (au sirop d'érable), il préserve notre bonne conscience par sa richesse en excellents acides gras. Par contre, mieux vaut ne pas être du tout au régime. Parce qu'on en mange rarement un seul à la fois (je préfère ne pas avouer mon record). 
** Alerte rouge / crise de manque : la pâte à tartiner à la cuiller, comme tout le monde. Sauf que la mienne est aux super-aliments et que le cacao cru et la lucuma sont de vrais reboosters de moral. Si si, c'est prouvé. Scientifiquement, ou presque. Et sinon, celles de Jean Hervé sont irréprochables et délicieuses, il vient même de supprimer l'huile de palme dans sa célèbre pâte Kokolo (noisette, amande, coco, la nouvelle passion de mon fils). 

 

Pépites 1  

 

Voici donc aujourd'hui le quatrième fantastique : les pépites crues aux oléagineux, épices et cacao. Super croquantes, très parfumées et riches en magnésium, elles se conserve dans un bocal au frigo et se dégustent absolument comme on veut : en crumble sur des fruits crus ou cuits, en verrines avec de chantilly de coco, en granola avec du lait végétal et des fruits secs ou bien sûr, direct dans le pot. Leur secret : le beurre de cacao, qui en durcissant au frigo fige le mélange : il ne reste plus qu'à concasser le tout. Si vous ne trouvez pas de beurre de cacao, ce qui devient quand même de plus en plus rare, vous pouvez tenter l'huile de coco : le résultat sera probablement un peu moins croquant mais sûrement tout à fait honorable. Même remarque avec le ghee (beurre clarifié). Dans ces deux cas, ne sortez les pépites qu'au moment de les consommer - le beurre de cacao par contre tient plutôt bien le coup à température ambiante, vous pourrez même les fourrer dans le cartable des enfants s'il ne fait pas trop chaud.

 

Beurre de cacao cru   



Comme d'habitude, remplacez les amandes, noisettes et cajou de cette recette par les graines qui vous chantent (noix du Brésil, graines de tournesol ou de sésame...), créez votre mélange d'épices personnel ou troquez le sirop d'érable contre de l'agave ou du sirop de pomme (miam). Les pépites de cacao sont facultatives mais elles apportent un vrai plus à la recette. Si vous n'en avez pas, vous pouvez ajouter 1 à 2 cuillerées à café de cacao en poudre au beurre fondu avant de le verser sur les graines. Et si vous êtes vraiment très branché(e) alimentation vivante et que vous voulez booster leur concentration en minéraux, activez d'abord vos graines dans un grand volume d'eau fraîche (10 h pour les amandes - à éplucher ensuite, 4 h pour les petites graines et les noix de cajou) avant de bien les rincer. Dans ce cas, allez-y mollo sur le mixage, elles se transforment vite en pâte et le résultat sera moins croquant. 

Ces petites pépites se conservent dans un bocal au réfrigérateur (ou à température ambiante s'il ne fait pas chaud) et se dégustent dans les 15 jours.



Pépites 2   

 

Pépites crues épices & cacao

Pour un pot à confiture

40 g d’amande
30 g de noisettes
50 g de noix de cajou
2 cuil. à s de cacao nibs (ou une dizaine de fèves, ou 1 cs de poudre)
2 pincées de vanille
2 pincées de cannelle
2 pincées de gingembre
1 pincée de cardamome
1 grosse pincée de sel marin
2 cs érable
15 g de beurre de cacao cru

Mixer les amandes, les noisettes et les noix de cajou par à coup, afin d’obtenir une texture irrégulière. Ajouter le cacao et donner une ou deux inpulsions de mixeur pour incorporer. Verser dans un bol, ajouter le sel et les épices. Faire fondre le beurre de cacao à feu très doux (ou au bain marie), mélanger avec le sirop d'érable et verser sur le crumble, brasser à la main ou à la cuillère pour bien homogénéïser le tout. Placer au réfrigérateur et laisser durcir pendant 30 minutes minimum.

 

 

   

 

Posté par plaisirsante à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2016

Muffins aux graines de chia et à la semoule de maïs, chocolat noir & noix de pécan


Il y a pile un an, je publiais une recette très estivale de tiramisu aux fruits rouges. Il faisait beau, il faisait chaud et la saison des picnic était déjà bien entâmée. Cette année, alors que le printemps est à la traîne et que les premières fraises semblent encore loin, c'est la comfort food qui règne dans ma cuisine, même si mon extracteur de jus vient de remonter de la cave. Je fais donc tourner les fournées de muffins et pour changer de mes recettes habituelles, je suis allée chercher l'inspiration sur les blogs anglo-saxons, très créatifs en cuisine alternative. J'y ai trouvé l'idée de cette recette de muffins sans oeufs ni beurre, incroyablement moelleux et pourtant étonnament croustillants. 

Ici, c'est l"oeuf de chia" qui joue le rôle de liant et d'épaississant : même principe qu'avec le lin - sans la corvée de mixage. On mélange 1 cuillerée à soupe de graines avec 40 ml d'eau et on attend 10 minutes que le gel mucilagineux se forme, puis on utilise comme du blanc d'oeuf, en pâtisserie ou dans des petits flans végétaux par exemple. J'en utilise souvent dans les cookies pour un moelleux très surprenant, d'ailleurs depuis cette découverte je néglige un peu mes graines de lin, que je réserve aux pâtes à tarte et autres biscuits secs. Les graines de chia se trouvent maintenant dans tous les magasins bio et même parfois en vrac (et donc moins chères). Elles sont très riches en fibres douces et en oméga 3 - ainsi qu'en protéines et minéraux. On pourrait même s'hydrater la peau avec, mais je n'ai pas encore osé tester le masque de chia - à bon entendeur...



Semoule2       



L'autre petite surprise de ces muffins, c'est la semoule de maïs, qui reste légèrement croquante après cuisson. Choisissez de la semoule "fine", ce sera plus agréable sous la dent - quitte à la remplacer par de la polenta instantanée si vous avez du mal à mettre la main dessus. Et puisqu'on y est, amusez-vous à en glisser quelques cuillerées dans de la pâte à tarte ou à cookies pour les rendre plus croustillants. Ici, je l'ai associée à de la poudre d'amande et à un mélange de farines sans gluten, que vous pouvez bien sûr remplacer par du petit épeautre ou de la T80 pour des muffins plus gonflés.  

Cette recette de base est à customiser comme on veut, en variant les épices et en ajoutant des graines et des fruits frais ou secs à la pâte. Comme l'hiver semble encore loin d'être fini, j'ai choisi de la truffer de grosses pépites de chocolat noir et de noix de pécan. Je n'ai pas noté les proportions, à vous de faire selon vos goûts - et le contenu de vos placards ! J'ai hâte qu"il fasse beau pour les parfumer aux framboises et au gingembre, avec une touche de pavot bleu... 


 

Muffins 1    

 

 

Muffins à la semoule de maïs 
(Sans oeufs, sans beurre et sans gluten)

Pour 8 à 10 muffins

2 cs de graines de chia
50 ml de lait d’amande
3/4 cuil. à c de vinaigre de cidre
1 cuil. à c de bicarbonate alimentaire
30 ml de sirop d’érable
100 g de sucre intégral (ou de fleur de coco)
30 g de purée d’amande blanche
30 ml d’huile d’olive
180 g de compote de pomme
50 g d’amandes en poudre
125 g de semoule de maïs fine
50 g de farine de riz complet
40 g de farine de quinoa
30 g d’arrow root
1 cuil. à c rase de cannelle en poudre
1 cuil. à c rase de gingembre en poudre
2 pincées d'extrait naturel de vanille en poudre
1 belle pincée de sel


Préchauffer le four à 180 °C.
Dans un petit bol, mélanger les graines de chia avec 70 ml d'eau. Laisser prendre 10 min. à température ambiante.
Dans un autre autre bol, mélanger le lait végétal avec le vinaigre et le bicarbonate.
Verser le gel de chia dans un grand récipient. Délayer avec le sirop d'érable, puis mélanger vivement avec le sucre. Ajouter la purée d'amande blanche, l'huile d'olive, la compote de pomme et le lait d'amande en mélangeant bien entre chaque. Terminer par la poudre d'amande, la semoule, les farines et la fécule, ainsi que les épices et le sel, puis ajouter les parfums souhaités. Répartir dans des moules à muffin et faire cuire pendant 25 minutes environ (vérifier avec la pointe d'un couteau). Laisser refroidir avant de déguster ou de ranger dans une boite en métal. Consommer dans les 5 jours ou congeler pour plus tard.

 

 

Muffins 2     

 

 

 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 17:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2016

Chips de kale, orange sanguine & miso blanc


Je sais je sais, c'est complètement has been maintenant les recettes de chips de kale. Chez les blogueuses en tous cas, parce que j'en imagine mal certains devant le foot avec un grand bol de chips de kale. Toujours est-il que jusqu'ici, je me jettais voracement - au grand désespoir de mon banquier - sur ceux d'Happy Crulture et de Sol Semilla, pensant que je n'arriverais jamais à égaler leur goût et surtout leur croquant : rien à faire, je loupe systématiquement mes chips de légumes, ils sortent du four tout mous. D'ailleurs, si quelqu'un a une astuce, je prends. 

 

Kale 2    

 

Et puis mes enfants se sont mis à aimer ça aussi et vu notre consommation familiale il a bien fallu que je m'y colle. Et comme je n'avais pas envie de faire un truc déjà vu et revu, j'y ai ajouté ma petite touche personnelle : une lichette de miso blanc et de l'orange sanguine. Oui, le petit air rouillé sur les photos c'est à cause d'elle, mais vous pouvez tout à fait utiliser des oranges "normales" pour un aspect plus classique. Il serait dommage de se passer de miso blanc par contre, que ce soit pour sa saveur si douce ou pour ses vertus digestives (merci petites zenzymes), d'ailleurs on en trouve dans tous les magasins bio maintenant. Si vous n'en avez pas dans vos placards, remplacez-le par un peu de purée d'amande en rab - ou de tahin si vous aimez ça car ça va divinement bien avec l'orange. 

 

Chips 1  

 

Eh bien il semblerait que le kale soit vraiment mon meilleur copian, parce que je les ai réussies du premier coup ! Croustillantes, parfumées... et descendues en un clin d'oeil : pour mes copines invitées ce soir-là, je suis donc devenue la reine des chips de kale (mes chips de betterave, patate douce et butternut étant toujours aussi ramollo par contre). Et depuis, je ne me lasse pas de tester plein de variantes pour rattraper le temps perdu.

 

Chips 2   

 


Quelques conseils généraux : 

  • Choisissez des feuilles de kale bien vertes et croquantes et pas trop petites (elles vont beaucoup rétrécir à la cuisson, d'ailleurs je me suis faite avoir - cf photos). Essuyez-les bien pour diminuer le temps de cuisson.
  • Enrobez bien toutes vos feuilles de sauce en brassant avec les mains. Attention par contre de ne pas laisser trop d'épaisseur à certains endroits car elle ne sèchera pas suffisamment et les chips concernées resteront un peu molles. 
  • Je fais sécher mes chips à 100°C, c'est le meilleur compromis santé / durée de prépa selon moi, puisque les minéraux et la plupart des vitamines (dont la A, très concentrée dans le kale) sont détruits au delà de cette température. Mais vous pouvez bien sûr les deshydrater à 40°C pour préserver les enzymes du miso et la vitamine C  du kale - comptez dans ce cas 6 heures environ selon le deshydrateur utlisé (il y a plein de recettes sur les blogs de cuisine crue). Petite astuce pour des chips encore plus croquantes : glissez une cuillère en bois dans l'ouverture du four pour laisser la vapeur s'échapper.
  • Et bien sûr, comme d'habitude, sentez-vous libre de sortir des sentiers battus, l'herbe est parfois plus verte ailleurs : remplacez la purée d'amande par une autre purée d'oléagineux ou par de la crème de coco, ajoutez des épices, du jus (et du zeste) de citron à la place de l'orange, des herbes aromatiques... J'aime aussi beaucoup le mélange purée d'amande blanche - levure maltée pour son petit goût faux-mager. 


Et voilà, maintenant j'ai envie de tester une variante au cacao cru - recette à venir prochainement !

 

Chips 4   

 

   

Chips de kale, orange sanguine & miso blanc

Pour un grand bol de chips


300 g de grosses feuilles de kale 
60 g de purée d’amande
75 ml de jus d’orange (sanguine ou pas)
1,5 cm de racine de gingembre (ou ¼ cc de gingembre en poudre)
1 grosse gousse d’ail
3 cc bombées de miso blanc
1,5 cc rase de moutarde

Laver les feuilles de kale et bien les sécher dans un torchon propre. Déchirer les feuilles le long des tiges et les mettre dans un grand bol.
Mélanger dans un bol la purée d'amande avec le jus d'orange, la pulpe de gingembre râpé, l'ail dégermé e écrasé, le miso blanc et la moutarde. Allonger avec juste assez d'eau pour obtenir une crème épaisse de type pâte à gâteau. Verser sur le kale et bien brasser à la main, jusqu'à ce que la crème soit bien répartie. Disposer les feuilles sur la grille du four chemisée de papier cuisson en évitant qu'elles se chevauchent et faire cuire pendant 25 minutes environ, en retournant les chips aux 2/3 de la cuisson. 


 

 

 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 11:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]


05 avril 2016

Financiers orange et noisette, sans gluten


Quand j'ai du monde à diner et pas beaucoup de temps, je fais un tiramisu. La veille. Comme ça, y'a plus qu'à le sortir du frigo le moment voulu. Avec les invités un peu open minded, je me lance dans des tentatives plus ou moins réussies de tiramu végétal. Les plus tardi (et les hommes) ont droit à la version classique de la Cuillère d'Argent, aux oeufs et au bon mascarpone. Le problème, c'est que la recette utilise plus de jaunes que de blancs. Et que je déteste jeter quoi que ce soit (en cuisine en tous cas). J'ai donc 48 heures pour recycler les blancs en perdition.

Cette fois-ci j'ai fait de la meringue (incroyable l'effet que ce truc a sur mes enfants) et des financiers. A la purée d'amande blanche, aux noisettes, sucre intégral et huile essentielle d'orange douce. Sans beurre et sans gluten. Incroyable comme ces petites bêtes ont monté avec un simple mélange de farine de riz, de fécule et de poudre à lever. Moi qui me croyais condamnée aux pâtisseries plates (quoi que délicieuses) avec ma cure detox gluten free...


 

Financiers 1   



Quant au mélange noisettes / orange douce, ça n'est pas la première fois que je vous fais le coup et franchement, si je devais garder une seule huile essentielle dans mes placards, ce serait celle-là : elle est extraordinaire dans tout ce qui est pâtisserie d'hiver (épices, châtaigne, chocolat), mais aussi dans la vinaigrette des salades de printemps. Bref, un must have de la cuisine alternative - et même de la cuisine tout court.

L'huile d'olive, qui permet, une fois mélangée à la purée d'oléagineux, d'obtenir un beurre fondu végétal et parfumé très efficace, ne se sent absolument plus après cuisson, surtout si vous en chosissez une peu parfumée (pour cet usage, un premier prix, bio et premiere pression à froid, suffit largement). Et la caroube, que j'utilise parfois pour son petit parfum de caramel, est absolument facultative. Si vous décidez d'investir (c'est loin d'être le plus cher des super-aliments) ou que vous en avez déjà dans vos placards, déclinez-la en petit-dej', cheesecake végétal, pain d'épice ou dans des caramels au beurre salé (sans beurre évidement). Vous verrez qu'on devient vite addict, d'ailleurs j'en mets chaque jour dans mon macaccino du matin. On la trouve de plus en plus facilement en magasin bio ou sur le net. Vous pouvez aussi ici la remplacer par de la farine de quinoa ou de châtaigne, ou par de la poudre de noisette. Ou rajouter de la farine de riz bien sûr. 



Financiers 3   



Financiers orange douce & noisette

Pour 6 personnes

100 g de sucre intégral
60 g de noisettes
2 cs de caroube (facultatif)
40 g de farine de riz complet
20 g d’arrow-root
½ cc rase de poudre à lever
1 grosse pincée de sel
4 blancs d’œufs
30 g de purée d’amande blanche
30 g d’huile d’olive
4 gouttes d’he d’orange douce
 

Moudre le sucre pour obtenir une texture fine de sucre glace. Moudre les noisettes. Mélanger le sucre, les noisettes, la caroube, la farine, la fécule, la poudre à lever et le sel. Ajouter les blancs d’œufs et fouetter pendant une petite minute. Ajouter la purée d’amande et l’huile d’olive et fouetter encore pendant 30 secondes. Mettre au réfrigérateur pour une heure. Répartir dans des moules à financiers ou à muffins en silicone et faire cuire 20 minutes à 180°C. Laisser refroidir avant de déguster. Conserver dans une boite en metal et consommer dans les 5 jours.






 

Posté par plaisirsante à 08:09 - Commentaires [4] - Permalien [#]

30 mars 2016

Dauphinois de patate douce, betterave et panais au lait de coco


Chaque année en mars, c'est le cauchemar en cuisine : j'en ai marre des courges et des panais et les légumes de printemps sont encore loin. Pourtant j'adore le mois de septembre, l'arrivée des légumes d'hiver et ma cuisine qui sent le sirop d'érable et les épices. Mais forcément, au bout de sept mois, ça n'a plus tout à fait le même charme et je fais et refais les mêmes recettes en mode automatique. Cette année, bien décidée à ne pas me faire avoir, j'ai donc décidé d'innover sur la forme et sur le fond : je teste de nouvelles présentations et des associations de saveurs inédites. La betterave par exemple, que jusqu'ici je ne consommais que râpée avec des carottes et qui, pourtant, donne une si jolie couleur au plats (et à ma mandoline). Et le dauphinois qu'étrangement, je n'avais jamais pensé à cuisiner autrement qu'avec des pommes de terre. 

 

Légumes    



Voici donc un gratin dauphinois qui change du dauphinois mais qui, fidèle à la recette originale, ne contient ni oeufs ni fromage. A la place du lait de vache, un mélange lait de coco et lait d'amande qui fait si bien ressortir le parfum des légumes d'hiver. Et plein de légumes multicolores : betterave, panais et patate douce. Si vous avez des greens sous la main (épinards, cresson, herbes aromatiques), n'hésitez pas à en parsemer vos couches de légumes. Laissez le tout mijoter lentement et n'oubliez pas la regle numéro 1 du dauphinois : plus ça mijote longtemps, meilleur c'est ! Et la règle numéro 2 : comme tous les plats mijotés, c'est encore meilleur réchauffé le lendemain...       

  

Dauphinois 2



Bien sûr, les betteraves colorent un peu tout sur leur passage et les jolies strates orange, rouge et blanche se sont teintées de rose pendant la cuisson - ainsi bien sûr que le lait, comme en témoignent ces deux photos avant/après. D'ailleurs, "quelqu'un" m'a gentiment fait remarquer que mon gratin ressemblait à un carpaccio de boeuf. Il n'empêche que Môssieur n'a pas craché dessus hier soir (je parle toujours du gratin) et qu'il a beaucoup aimé son "petit goût caramélisé". C'est vrai que les légumes sont légèrement confits dans le lait de coco et presqu'un peu chewy sur les bords...

 

 Dauphinois 3

 

 

Dauphinois de patate douce, betterave & panais, au lait de coco

Pour 6 personnes 

500 g de patate douce
300 g de betterave
300 g de panais
450 ml de lait de coco
200 ml de lait d’amande
1 cuil. à s. rase d’arrow-root
2 gousses d’ail
2 cm de racine de gingembre
Une dizaine de noix de cajou
Sel & poivre

 

Eplucher la patate douce, la betterave et le panais. Les découper en rondelles de 2 mm d’épaisseur environ, avec une mandoline ou un couteau bien tranchant. Les disposer, en les alternant, dans un grand plat à gratin. 

Prélever 1/2 verre de lait de coco et mélanger vivement avec l'arrow-root afin de supprimer les éventuels grumeaux. Ajouter le reste du lait de coco, le lait d’amande, l’ail écrasé et la pulpe de gingembre râpée. Saler et poivrer. Verser sur les légumes. Saupoudrer de noix de cajou hachées. Couvrir avec une feuille de papier aluminium et laisser cuire pendant 45 minutes, puis ôter la feuille et laisser cuire encore 40 minutes environ, ou jusqu’à ce que la crème ait un peu épaissi.

    

 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 15:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2016

Carpaccio de légumes de printemps, vinaigrette orange douce & spiruline


Je n'ai jamais été une grande fan de spiruline. Malgré toutes ses vertus, je n'arrive pas à me faire à son goût d'algue très concentré et légèrement terreux. Pourtant j'adore les algues, mais je lui préfère la chlorelle et la klamath, aux parfums plus subtils, avec leur petite pointe de chlorophyle. J'ai eu beau tester le pesto de spiruline, le green risotto et autres recettes favorites du clan "spiruline addict" (certains l'avalent même telle quelle à la petite cuillère), rien à faire.        

Et puis, j'ai décidé de ranger ma cuisine (le grand nettoyage de printemps, tout ça tout ça) et je suis retombée sur mon pot de spiruline. Et je me suis dit qu'avec l'arrivée des légumes de printemps, ça valait le coup de lui donner une seconde chance. D'autant plus qu'elle en a dans le ventre : 45 à 70% de protéines d'excellente qualité, une très forte concentration en caroténoïdes et notamment en beta-carotène, une bonne dose de fer, d'oméga 6 et d'anti-oxydants, le tout pour très peu de calories. Bref, une bonne source d'équilibre et d'énergie, qui booste le système immunitaire et lutterait même contre la rhinite allergique. C'est de saison ! Et puis la spiruline maintenant, on la trouve absolument partout et pour un prix très abordable.  Et grâce à ma petite astuce, vous allez même lui trouver bon goût...

  

Carpaccio 1   

 


Dans ce joli carpaccio très printannier, il y a des légumes de début de printemps (fenouil, chou rave), de l'oignon rouge et de l'avocat, de la coriandre, des pistaches et une délicieuse vinaigrette à la spiruline... et à l'huile essentielle d'orange douce. Incroyable comme leurs saveurs s'équilibrent, on ne sent plus vraiment le goût de la spiruline et à peine celui de l'orange ... Si vous n'avez pas d'huile essentielle, remplacez-la par le zeste d'1/2 orange ainsi qu'une cuillerée à soupe de jus : le résultat sera sensiblement différent mais sûrement très réussi aussi. Et tant qu'à faire, faites-en trop, elle se conserve très bien au frigo - je pense d'ailleurs la décliner en pesto, risotto (bref)...

 

Carpaccio 3   


Choisissez une bonne huile d'olive et les légumes qui vous plaisent, du moment qu'ils sont bien frais, car le carpaccio est très facile à préparer mais il ne supporte pas la médiocrité. Pas de fenouil ? Double dose de chou rave (cru, c'est à tomber). Pas d'oignon rouge ? Une petite échalotte ou quelques tiges de cébette. Les pistaches sont trop chères ? Et hop, quelques graines de courge torréfiée. Et bien sûr, tous les toppings qui vous tombent sous la main : airelles séchées, gomasio, graines de chia... C'est ça qui est bien avec le carpaccio : 10 minutes de boulot, et on dirait que vous y avez passé la journée.

Voilà, j'ai enfin trouvé comment terminer mon pot de spiruline. Vivement que j'en commande un autre ! 


Coupelle 2   

 

 

Carpaccio de légumes de printemps,
Vinaigrette orange douce & spiruline

Pour 3-4 personnes

1 petit fenouil
1 petit chou rave
1 petit oignon rouge
2 cuil. à s. de coriandre ciselée
1 avocat
Le jus d’1/2 citron
2 cuil. à s. d’huile d’olive
2 cuil. à c. rases de spiruline
2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce
1 dizaine de pistaches
Fleur de sel, poivre au moulin

Laver le fenouil, ôter les tiges, le pied et l’écorce supérieure (garder les pluches). Eplucher le cèleri et l’oignon, puis émincez les légumes aussi finement que possible avec une mandoline ou un couteau bien tranchant. Disposer sur une assiette et arroser généreusement de jus de citron. Placer au réfrigérateur pour 30 minutes environ. Sortir du réfrigérateur et ajouter l’avocat en lamelles.
Mélanger l’huile d’olive avec la spiruline, l’huile essentielle et une pincée de sel. Verser sur le carpaccio. Décorer avec la coriandre et les pistaches concassées, saupoudrer de sel et de poivre et servir bien frais.

 

 

Spiruline



 

 

 

Posté par plaisirsante à 14:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 mars 2016

Le macaccino et les chocolats de Pâques


** Teaser : offre très chocolatée à la fin de ce billet ! **

Ma mère était une grande consommatrice de café au lait. Chaque matin, je la regardais préparer sa mixture à base de Nescafé, de lait écrémé en poudre et d'une bonne dose de sucre. Parfois, j'avais le droit d'y goûter et là c'était le bonheur absolu. Evidement, devenue grande, j'ai suivi l'exemple et petit-déjeuné pendant des années d'un grand bol de café au lait. Puis déjeuné d'un café crème en face du lycée. Ce qui m'a permis d'économiser suffisament sur mon argent de poche pour m'offrir mon premier sweat shirt Compagnie de Californie. Avouez que ça valait le coup. Et puis le café au lait, c'est aussi les vacances au ski, ma mère face à la mer avec son grand chapeau et mes premières années de fac (ah la machine à capucino du hall de Tolbiac). Bref, ma petite madeleine à moi. 

Malheureusement, le café au lait est une horreur sur les estomacs fragiles, les tanins du café faisant cailler la caséine du lait et la rendant ainsi particulièrement indigeste. Aujourd'hui, je n'en bois plus que dans les trains : bizarrement, il suffit que je rentre dans une gare pour me précipiter sur le premier corner petit-dej' venu, commander le plus grand modèle et y ajouter deux ou trois sachets de sucres. Un petit shoot en souvenir du bon vieux temps.  Les autres jours, il y a le macaccino, équivalent végétal & superfood du café au lait (ou du capucino, puisqu'il y a du cacao) : du lait végétal, du cacao cru en poudre et de la maca

 

Macaccino 2



La maca, c'est le super-aliment de la vitalité. Surnommée "ginseng péruvien", cette plante sacrée poussant sur les hauts plateaux des Andes a des vertus tonifiantes, équilibrantes et aphrodidiaques grâce à la synergie de ses composants : 16 minéraux, 7 vitamines, 19 acides aminés et divers composés organiques qui en font, selon certains, une sorte de viagra naturel. Bref, un vrai booster d'énergie physique, mentale et sexuelle. Elle aurait même une action régulatrice sur le système hormonal et sur l'ovulation. Avouez que le café fait petit joueur à coté... La maca peut se consommer en cure, mais aussi pour le plaisir, car la poudre obtenue après séchage des racines au soleil a un parfum très particulier, entre la noisette et le caramel avec une pointe d'amertume, qui lui permet d'assaisonner recettes salées et sucrées et procure, selon certains, une sensation de bien-être et d'énergie. Pour plein d'autres idées de recettes je vous suggère de lire le chapitre concerné dans mon dernier livre. Ici, son association avec le cacao cru, particulièrement riche en magnésium et en anti-oxydants, forme un mariage très tonifiant - sans le redoutable coup de barre qui suit les 3 expresso du matin. 

 

Maca     Macaccino 1       



Mes conseils pour réussir son macaccino : 

* Ne faites pas trop chauffer l'eau : les super-aliments perdent leurs nutriments à partir de 45 °C. A peine plus que tiède c'est parfait. 
* Tamisez les poudres pour éviter les grumeaux, puis fouettez vivement en ajoutant le lait petit à petit
* Choisissez un mélange de laits végétaux bien crémeux, comme ici amande et coco. Vous pouvez aussi réaliser votre lait vous même, c'est encore meilleur.
* Si vous aimez sucrer votre boisson, alternez la fleur de coco (au faible index glycémique), le sirop d'érable (miam) et une belle date medjool (les plus tendres) préalablement ramollie 5 minutes dans l'eau chaude : dans ce cas, mixez longuement votre boisson pour bien homogénéiser le tout. 
* Personnalisez votre macaccino selon l'humeur : une pincée de cannelle ou de vanille, un peu de caroube (un autre super-aliment au petit goût de caramel)...
* Saupoudrez-le de cacao en poudre ou ajoutez-y de la chantilly de coco pour un effet café viennois ultra gourmand.

Le macaccino étant très à la mode, Outre Atlantique notamment, on trouve pas mal de mix tout prêts, mais je vous conseille vivement d'acheter maca et cacao séparément pour pouvoir les recycler dans d'autres recettes (la maca est délicieuse par exemple mélangée avec de la crème végétale sur une poêlée de légumes d'hiver, ou avec un bol de quinoa). J'achète les miens chez Sol Semilla, mais on en trouve de plus en plus facilement sur le net ou en magasins bio. 

Vivement que la SNCF propose des macaccino dans les trains...


Macaccino 3

 

 

Macaccino

Pour une personne : 

12 cl de lait d'amande
8 cl de lait de coco
2 cuil. à c. de cacao cru en poudre
1 cuil. à c. de maca en poudre
Options : 1 pincée de cannellle ou de vanille en poudre, du cacao en poudre ou de la chantilly de coco pour le topping...

Mettre le cacao, la maca et le sucre dans un grande tasse (tamisez-les si vous le souhaitez pour éviter les grumeaux). Faites chauffer les laits d'amande et de coco sans aller jusqu'à l'ébullition (le mélange doit être à peine plus que tiède) et verser sur les poudres en fouettant au fur et à mesure. Servir tout de suite, saupoudré de cacao en poudre. 



*********************


Je termine ce billet par une bonne nouvelle : Rrraw, ma marque de chocolat cru préférée, a sorti récement deux nouvelles saveurs de ses célèbres truffes carrées : Yoghee et Cannabliss. Le premier est au beurre clarifié et c'est une merveille de douceur. Si vous aimez le chocolat qui réconforte, foncez, en plus le ghee est excellent pour la santé et tout à fait compatible avec une alimentation lactose free. Le deuxième est au chanvre (huile, graines et farine, rien que ça) et si vos papilles aiment être un peu bousculées c'est celui qu'il vous faut : son arôme herbacé forme une alliance vraiment intéressante avec le cacao. -10% sur tout le site avec mon code CHEZCLEM : profitez-en pour faire vos cadeaux de pâques, il y a de belles réductions sur les duo et carrément le choix entre tablettes, truffes, fèves et bon'bons ! 

 

Cubes     Cubes 2     

 




Posté par plaisirsante à 08:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 mars 2016

Marbré Butternut & chocolat


Oui je sais, je vous saoule avec ma butternut. Mais franchement, qu'est ce qui est bourré de vitamine A (100 g = 220 % de l'apport quotidien recommandé), riche en fibres et minéraux et se glisse aussi bien dans les desserts que dans les veloutés, tartes, gratins, crêpes et même dans des gougères ? Et en plus, si vous en trouvez une belle, vous aurez de quoi faire à peu près toutes ces recettes avec un seul spécimen (et en une semaine, allez hop). En générale, j'achète la mienne le dimanche au marché, je la fais rôtir au four avec un peu d'huile de coco pour le repas du soir et je conserve le reste (tel quel ou mixé) dans un tuperware pour le recyclage des jours suivants. 

 

Butternut



Cette fois-ci, j'ai eu envie d'en faire un fondant au chocolat et puis, à la recherche d'inspiration, je suis tombée je ne sais plus où sur cette idée géniale d'en faire un marbré. Bizarrement, je crois que je n'en avait pas mangé depuis la cour de récré, il y a "quelques" années, à l'époque de Papi Brossard et Mamie Nova. Et pourtant, le marbré c'est tout simple : on prépare une pâte à gâteau classique, on la divise en deux et on ajoute du chocolat dans la première et un peu de vanille (ou ce qu'on aime) dans la seconde. Il ne reste plus qu'à alterner les couches dans un moule à cake pour un très bel effet après cuisson.



Marbré 1



Dans cette recette, la chair de butternut se glisse dans la préparation de base et permet de diminuer considérablement les quantités de matière grasse (ici un mélange huile d'olive et purée d'amande), tout en apportant sa jolie couleur et son parfum très subtil au gâteau. J'ai aromatisé la partie nature avec mon mélange d'épices préféré (gingembre-vanille-cannelle), mais vous pouvez bien sûr y ajouter ce que vous voulez (zestes d'orange, cardamome, raisins secs...). C'est un gâteau sans gluten à la poudre d'amande et aux farines de riz et de teff - remplacez les par de la farine de petit épeautre ou de blé T80 si vous préférez.


Marbré 2  



Au final, un très joli résultat, une vraie texture de cake moelleux (mal dosée, la courge rend parfois les desserts un peu trop humides) et surtout un parfum tout à fait bluffant : la butternut s'éclipse presque complètement derrière les épices et le chocolat. D'ailleurs, mes enfants, qui détestent les courges, ont largement plébiscité ce marbré face au classique cake amande et citron (oui c'est comme ça chez moi, ont fait des battles de cakes au petit dej'. Pauvres petits malheureux). 

Bien enveloppé dans un torchon propre, vous pourrez conserver ce cake au réfrigérateur pendant 4 ou 5 jours sans problème. Et faire en fin de semaine un repas 100% butternut avec vos recyclages créatifs. Bientôt le vin de butternut ?


Marbré 3



Marbré butternut & chocolat


40 g de purée d’amande blanche
40 ml d’huile d’olive
120 g de sucre intégral ou fleur de coco
300 g de chair de courge butternut cuite et mixée
3 œufs
100 g de farine de riz complète
50 g de farine de teff
50 g de poudre d’amande (fraîchement moulue si possible)
½ sachet de poudre à lever
2 pincées de gingembre en poudre
1 pincée d’extrait naturel de vanille en poudre
1 pincée de cannelle
100 g de chocolat noir à pâtisserie


Mélanger la purée d’amande avec l’huile d’olive, le sucre, la courge et les œufs, en remuant bien entre chaque. Ajouter les farines, la poudre d’amande et la levure et mélanger afin d’obtenir une crème homogène.  Diviser la préparation en deux parties égales. Ajouter les épices dans la première et le chocolat fondu à feu doux dans la seconde. Verser en alternant dans un moule à cake. Faire cuire 1 h environ à 180 °C (vérifier la cuisson avec la lame d’un couteau). Laisser tiédir. 

 

 

 

Posté par plaisirsante à 11:55 - Commentaires [6] - Permalien [#]