Les fêtes de fin d'année approchent, et on voit fleurir sur la blogosphère des recettes plus alléchantes les unes que les autres...

Chez moi le soir de Noël c'est apéro jusqu'à minuit (ça fait du temps pour en manger, des petits fours! Sans parler du champagne :-), puis ouverture des cadeaux sous l'arbre, et enfin à table.

Le plat principal c'est l'entrée, composée de foie gras, de saumon fumé, d' huïtres et de langoustines, avec les pains appropriés, sans oublier mayonnaise, beurre et tout le tralala, et les vins correspondants bien sûr. Pas tres "cholesterolement correct" tout ça, mais tellement bon!

Puis petite purée ou gratin de légumes (chaque année c'est la même histoire, mon père tient à sa dinde aux marrons mais le reste de la famille s'y oppose, craignant une crise cardiaque massive et collective avant d'avoir pu goûter le dessert. Donc, légumes.)

Le dessert, justement. Ma grand-mère nous faisait son Turinois, un très bon gâteau à base de chocolat et de crème de marron (très leger ça aussi mais c'est pas tous les jours Noël), qu'on attendait avec impatience.
On a toujours une petite place pour une part de Turinois :-)
Mais aujourd'hui qu'elle n'est plus là, malgré tous mes efforts et la recette qu'elle m'avait légué, impossible de le refaire.
Mamita, si tu me lis de la-haut, envoie moi ton don du Turinois!!

On fait donc un autre dessert, mais ce sera le sujet d'un autre blog.

Bref, un peu frustrée culinairement car la plus grande partie de ce menu ne se cuisine pas (à part le dessert bien sûr, mais bon, n'enfonçons pas le couteau...), l'an dernier je m'étais lancée dans la confection du saumon, non pas fumé mais mariné, à la Gravelax.
Je m'étais inspirée de la recette de Julie Andrieu dans son livre "Ma p'tite cuisine" et c'était très réussi, j'ai bien l'intention de récidiver cette année!

Mais comme il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, cette année je me lance également dans la confection d'un foie gras. Oui un vrai, que je vais dénerver et tout et tout!
Julie Andrieu étant une grande source d'inspiration pour moi pendant les fêtes, je me suis fait offrir son livre "foie de canard!" par ma copine Anne-Sylvie, qui décidement sait comment me faire plaisir ;-) et j'attends le kit "spécial foie gras" de Demarle que ma conseillère préférée Valérie a la gentillesse de venir m'apporter en personne avec moult moules Flexipan.

En attendant, voici une petite variation autour d'un foie gras mi-cuit du commerce, avec des poires car c'est l'un de mes accompagnements préférés, sur une tranche de pain d'épice poêlé façon "pain perdu"... parceque c'est bon!

Un titre à rallonge pour un plat pas si compliqué qu'il n'y paraît...


IMG_2192_blanc_Cl_mentine


Foie gras sur son lit de poires confites à la coriandre,
canapé de pain d'épices façon pain perdu
et confit de poires au porto.

Pour 4 personnes :

4 tranches de pain d'épices (du commerce ou fait maison, en diminuant un peu la quantité de sucre et en augmentant celle d'épices)
3 poires
2 pincées de poivre
1 c. à soupe de sucre à la coriandre (chez Terre exotique )
1 petit bloc de foie gras de 400 grammes environ
1 oeuf
10 cl de lait de vache ou de soja
1 noisette de beurre
1 petit verre de porto
4 pincées de gros sel de Guérande (j'ai utilisé du sel au Chardonay de chez Terre exotique)

Préparer la compotée de poires : éplucher et couper les poires en petits cubes, les mettre dans une casserole avec le sucre à la coriandre et le poivre, couvrir et laisser compoter à feu doux 10 minutes environ. Récupérer les cubes de poires et réserver. Laisser le jus dans la casserole.

Préparer le confit de poires : ajouter le porto au jus de poire dans la casserole, porter à feu doux et laisser réduire jusqu'à obtenir une consistance sirupeuse.

Pendant ce temps, découper 4 tranches dans le pain d'épices, les tremper dans l'oeuf battu avec le lait, et les faire revenir dans une grande poêle avec le beurre, 5 minutes de chaque coté.

Dans chaque assiette, disposer une tranche de pain d'épices bien chaud, puis un peu de compotée de poires, et par dessus une rondelle de foie gras bien frais. Saupoudrer d'une pincée de gros sel et déposer une cuillerée à café de confit sur le bord de l'assiette.

Servir immédiatement pour préserver le contraste des saveurs.