Comme il se doit, je suis allée dimanche (oui je sais, très mauvaise idée) au salon "Vivez Nature" à la Grande Halle de la Villette.

Grande peut-être, mais pas assez pour contenir la marée humaine qui avait décidé d'investir les lieux pile en même temps que moi. Heureusement que j'avais laissé mon homme à la maison car il aurait probablement piqué une crise de nerf au milieu des graines de sarrasin germées.

Il est d'ailleurs intéressant de constater que les vieux de la vieille, ceux qui fréquentaient déjà Marjolaine avant l'invention du tri sélectif  fuient désormais les salons du bio., devenus à leurs yeux une sorte de folklore branché un peu trop éloigné de leurs aspirations ...

De leur coté, les exposants rament pour caser leur stand : ça déborde de partout, malgré la surface triplée par rapport aux éditions précédentes. Quant à Marjolaine, inutile d'y penser si l'on n'est pas déjà dans la place : c'est complet!
Faudra revenir quand la mode sera passée.

Bref, j'ai quand même quadrillé méthodiquement les allées (à contre sens) et ramené quelques emplettes. Je vous fais grâce du reportage en images mais je vais quand même vous parler de ma dernière découverte : l'huile de cumin noir, ou Nigelle.

Particulièrement riche en acides gras insaturés, le cumin noir (qui était déjà utilisée au temps des pharaons) aurait la faculté de stimuler et renforcer le système immunitaire.
Il est ainsi supposé lutter contre diverses affections telles que les rhumatismes ou l'asthme et aurait même une action  remarquable sur le diabète ou le cancer.
En application externe, il est traditionnellement utilisé contre certains problèmes de peau (acné, eczéma, psoriasis) en inhibant la formation des cellules inflammatoires provoquées par le stress, la pollution, la maladie ou le vieillissement.

Son parfum est extraordinaire : un vrai goût de cumin, puissant et envoûtant. Une révélation culinaire!

Afin de ne pas dénaturer ses précieuses qualités gustatives et nutritionnelles, j'ai choisi de l'ajouter en fin de cuisson sur de petites galettes croustillantes au maïs frais et au quinoa, qui encore chaudes l'ont absorbé goulûment (comme moi) (je veux dire que je les ai absorbées goulûment, pas que je suis chaude).

Si tout ce qu'il faut faire pour ne pas attraper la grippe cet hiver c'est se gaver de galettes au cumin noir, moi je veux bien!



Galettes croustillantes au maïs et au quinoa


Photoshop_cadr_e3


Pour 3 personnes :

1 épis de maïs
100 grammes de quinoa
2 oeufs
2 cuillerées à soupe d'huile de cumin
1 cuillerée à café de purée d'ail
1/2 cuillerée à café de sel
2 pincées de poivre

Faire cuire le maïs al dente (je l'ai passé 2 minutes au micro-ondes en le retournant à mi-temps, dans une boite hermetique avec un fond d'eau).
Faire cuire le quinoa.
Mélanger le maïs avec le quinoa, les oeufs battus, la purée d'ail et assaisonner.
Déposer une feuille de papier sulfurisé sur une poêle et verser des cuillerées du mélange au maïs afin de former de petites galettes.
Les faire cuire à feu moyen pendant 5 minutes, puis les retourner et les laisser encore 2 à 3 minutes.
Les déposer sur un plat et les arroser d'huile de cumin noir.