Ouf, sauvée.

Depuis 10 minutes, un magnifique frigo trône enfin dans ma cuisine.

Juste à temps : les températures remontent et les petits tupperwares entreposés sur mon balcon ont failli avoir un peu chaud! Chaque soir depuis une semaine, je me demande en effet si mes restes du jour passeront la nuit... J'ai bien tenté de calculer au plus juste, mais c'est comme ça, j'en fais toujours trop.

Par exemple, j'étais assez inquiète quant à l'avenir du petit sachet de shiro miso (miso blanc), que je n'ai pas pu m'empêcher d'entamer hier soir. J'avais entendu dire que c'est si bon qu'on le déguste à la petite cuiller, comme une célèbre pâte à tartiner, et j'étais plutôt perplexe : le miso pur, c'est quand même un peu hard!

Eh bien pas le blanc, dont le processus de fermentation est plus court que celui de ses comparses et qui conserve ainsi une douceur extraordinaire... 

Tout comme les autres miso, le shiro miso est particulièrement riche en acides aminés essentiels (les mêmes que la viande : on le surnomme d'ailleurs au Japon "viande des champs"), protéines et vitamines... Il aurait également des vertus digestives dues aux enzymes, levures et bactéries qu'il contient, et aiderait l'organisme à éliminer métaux lourds, abus d'alcool ou de tabac grâce à son action détoxifiante. Les japonais boivent une soupe de miso chaque matin au petit dejeuner et affirment, tout comme nous le faisons avec la pomme, qu'un bol de miso par jour éloigne le médecin!

En voilà une bonne idée de résolution santé pour 2009 ;-)

Pour cette première rencontre, je suis restée sage et je l'ai marié à des carottes, un peu de gingembre et une touche d'huile de sésame. Résultat : une tartinade légère, onctueuse et nutritive, à déguster sur du bon pain, accompagnée d'un gratin l'hiver ou d'une salade en été...

Nous n'avons pas tout mangé, et elle attends désormais dans le frigo bien frais que je vienne tremper de temps à autre un petit bout de pain dans le bocal... Je crois bien que juste pour le plaisir, je vais la faire durer quelques jours.

 


Tartinade aux carottes et miso blanc



Cadr__1


Pour un petit pot à confiture :

3 carottes
125 grammes de miso blanc
1 gousse d'ail
1/2 cuillerée à café de gingembre en poudre
1 cuillerée à café d'huile de sésame

 

Eplucher les carottes et les découper en grosses rondelles.
Les mettre dans une casserole avec l'ail émincé et un fond d'eau (3 cuillerées à soupe environ).
Couvrir et laisser cuire à feu doux pendant une quinzaine de minutes, jusqueà ce que les carottes soient bien tendres.

Les égoutter puis les mixer avec le miso, le gingembre et l'huile de sésame jusqu'à obtenir uine consistance lisse.
laisser refroidir, mettre en pot et conserver au réfrigérateur (3 jours maximum).





                           

D'autres idées pour un apéro gourmand :

Amandes prégermées au gingembre caramélisé
Caviar d'aubergine au sésame et tofu
Croustillants de lentilles fourrés au fromage de chèvre
Tartinade châtaigne et roquefort