Je suis très courge en ce moment.

Sucrine et musquée, butternut et spaghetti, patisson et patidou...

D'ailleurs, mon petit panier d'osier, réminiscence des marchés d'été, de leurs frêles pousses d'épinards et de leurs courgettes légères n'est pas de cette avis et je sens venir le jour où abandonnant un combat perdu d'avance, il répandra ses entrailles cucurbitacées sur le trottoir parisien...

Petit à petit, il semblerait tout de même qu'il fasse ami-ami avec la courge butternut qui, à grand renfort de douceur et d'onctuosité a su s'imposer dans ma cuisine et qui revient plus souvent qu'à son tour décorer mon assiette de son bel oranger.

Je l'ai pour cette fois laissée en tête à tête avec elle-même, juste vêtue d'un peu de béchamel à l'huile d'olive et coiffée de pécorino, pour l'accent tonique...


Cette recette participe au concours La citrouille, c'est pas sorcier sur 750 grammes.

 


Courge butternut en béchamel gratinée


Clemcadr_e2


Pour deux personnes :

Une petite courge butternut
3 cuillerées à soupe de farine de blé T80
2 cuillerées à soupe d'huile d'olive
150 ml de lait de soja
1 oignon
Sel, poivre, muscade
2 cuillerées à soupe de pécorino fraîchement râpé

Couper la courge en deux dans le sens de la longueur et la mettre à cuire au four à 200° pendant 1/2 heure. Oter ses pépins avec une petite cuiller et l'écraser grossièrement à la fourchette.

Faire blondir un oignon émincé dans une cuillerée à soupe d'huile d'olive. Répartir dans le fond de deux ramequins individuels.

Préparer la béchamel : faire chauffer l'huile dans une casserole, puis ajouter la farine en pluie et mélanger vigoureusement jusqu'à ce que les deux éléments soient bien incorporés (ça ne prend que quelques secondes). Verser le lait de soja et remuer jusqu'à ce que la préparation ait obtenue la consistance désirée.
Saler, poivre et ajouter 1/3 c. café rase de noix de muscade râpée.

Mélanger délicatement la béchamel et la purée, verser dans les ramequins, saupoudrer de pécorino et enfourner à 200° pendant 20 minutes.