J'ai écris cette recette le mois dernier, lorsqu'on trouvait encore des courgettes à profusion. Elles se font plus rares (forcément, en novembre ! Rien ne va plus cette année sur les étals), mais vous pouvez bien sûr les zapper pour de petites courges (potimarron, jack be little, pomme d'or...) ou carrément, utiliser la farce dans un parmentier végétal avec des légumes de saison.

Car c'est de farce végétale dont nous allons parler dans ce billet, puisque j'ai eu la chance de participer au Veggie World il y a 10 jours et (re)découvert toutes  les préparations hallucinantes que l'on peut faire sans aucun produit animal : crèmes glacées 100% végétales, pornburger à se décrocher les babines, fromage carrément bluffant (moi qui n'étais pas très branchée faux-mage, j'ai changé d'avis sur le stand de Végusto)... Bref, même si, comme moi, vous n'êtes pas vegan, ça vaut franchement le coup de se pencher sur la question parce qu'il y a beaucoup à découvrir pour élargir notre horizon culinaire. 


Courgettes 1     

    


La farce, donc. Version vegan, elle est généralement réalisée avec des protéines de soja texturées ou du gluten de blé (base du fameux seitan), deux produits que l'on trouve en sachets au rayon céréales des magasins bio et qu'il suffit de réhydrater dans un liquide avant de les transformer en steack hâché/boulettes/gratin et autres préparations généralement réalisées avec de la viande hâchée. Pas super glam lu comme ça mais le résultat est franchement bluffant si on sait bien assaisonner le tout. Evidement, vous pouvez aussi vous rabattre sur le tofu (fumé de préférence) ou les légumineuses (haricots en tête) : vous trouverez plein d'infos et d'idées dans les chapitres "rillettes végétales" et "veggie burger" de mon livre Cuisine veggie, les savoir-faire qui est ressorti tout relooké le mois dernier et se présente comme un petite bible de la transition vers le (plus) végétal. 

Pour réaliser ces courgettes farçies tout ce qu'il y a de plus basiques, j'ai donc réhydraté des protéines de soja dans un bouillon bien corsé (allez-y franchement, sinon c'est assez fade ces petites choses-là), puis je les ai fait revenir avec des tomates séchées, des olives et de l'oignon. Libre à vous d'y ajouter tout ce qui vous chante selon la saison et le légume à farçir (épices et aromates, miso, algues fraîches ou en paillettes, petites graines croquantes, légumes en purée ou en morceaux, fromage végétal, légumineuses...). Ici j'ai utilisé des protéines de soja de petite taille, mais à mon avis celles en gros morceaux auraient été mieux  adaptées pour un texture de "viande hâchée" plus réaliste. 

La prochaine fois, je teste un parmentier végétal avec du gluten de blé (voilà, non seulement je ne suis pas vegan mais en plus je mange du gluten et je ne vous parle même pas de l'apéro), des épices douces, une bonne couche de fondant Vegusto et plein de courge ! Je vous en dirai des nouvelles :-) 

 

Courgettes 2    

 

Courgettes farçies végétales, aux olives et tomates séchées
(Vegan et gluten free)

Pour 4 personnes

4 belles courgettes rondes
75 g de protéines de soja texturé
1 cube ou 2 c. à café de bouillon en poudre
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 gros oignon jaune
4 tomates séchées
Une quinzaine d’olives noires dénoyautées
1 c. à soupe bombée de levure maltée
20 cl de crème végétale
Sel et poivre
 

Préchauffer le four à 180 °C (th. 6). Laver les courgettes, découper les chapeaux et évider la chair et les pépins jusqu’à 1 cm du bord. Saupoudrer légèrement de sel et faire cuire au four jusqu’à ce que les courgettes commencent à dorer et la chair à se ramollir (30 mn environ).

Pendant ce temps, faire cuire les protéines de soja dans un grand volume d’eau bouillante avec le bouillon pendant 15 minutes. Egoutter. Faire revenir dans une poêle avec l’huile d’olive et l’oignon hâché finement pendant 5 mn en remuant régulièrement, puis ajouter les tomates et les olives en petits morceaux ainsi que la crème et la levure maltée et laisser cuire encore 5 mn. Saler et poivrer. Répartir dans les courgettes et remettre au four pour 20 mn.